Aujourd’hui, la problématique de l’orientation pour les personnes, en formation ou non, se pose avec acuité. L’accroissement de la mobilité sociale et  professionnelle, l’accélération des mutations techniques et la multiplication des filières de formation dans le système scolaire actuel complexifient et questionnent le sens de l’orientation et les pratiques développées. Elles nous interrogent également sur nos pratiques.

L’orientation, c’est se rencontrer

S’orienter c’est d’abord se rencontrer, c’est-à-dire trouver ses lignes de force, ses goûts, ses envies, ses intérêts… en un mot apprendre à se connaître mieux. La parole, l’échange, la discussion et l’action aident la personne à se découvrir.

L’orientation, c’est s’essayer

S’orienter c’est se confronter à des activités, à des situations professionnelles, sociales et familiales pour manifester et mesurer ses capacités, ses intérêts. C’est aussi l’occasion de développer son esprit de curiosité, d’observation et d’analyse.

L’orientation s’inscrit dans le temps

L’orientation est un parcours sans fin qui se conjugue au présent, tributaire du passé (de ses expériences antérieures plus ou moins réussies) et d’un futur qui donne une direction énoncée plus ou moins clairement par un projet professionnel. Celui-ci, partiellement  déterminé, se construit graduellement au gré des expériences. Il s’inscrit dans un projet de vie plus vaste. Cependant, il reste un atout pour aider la personne qui s’oriente à s’ancrer dans un environnement et à construire des repères

source de la publication : http://www.mfr.asso.fr  “Droits réservés”